Les objectifs


L’objectif majeur

Proposer une pédagogie différenciée Active dans un Environnement pluriel conjuguée aux Neurosciences pour mener les enfants et les adolescents en difficulté et en situation de handicap vers une inclusion sociale, professionnelle et culturelle. Une pédagogie basée sur le fruit de l’expérience antérieure de l’apprenant qui lui permet de comprendre le monde et qui le renvoie à ses interrogations. Expériences qui prennent appui sur ses raisonnements et ses interprétations (mode opératoire), sur sa façon de s’exprimer (les signifiants) et sur sa façon de produire du sens (réseau sémantique).

 

Par le biais de l’objectif majeur, La Pédagogie des Enfants de la Chance défend un ensemble d’objectifs :

 

  1. Améliorer la relation enseignés / enseignants

    Par le travail sur les émotions inclus dans notre programme, les sentiments positifs tels que le plaisir, la confiance ou la sécurité engendrent la motivation, stimulus indispensable à tout apprentissage[1]. La relation affective liant l’enseignant à l’enseigné est donc fondamentale à travers la pédagogie.

  2. Répondre à l’hétérogénéité du groupe

    Les apprenants sont différents, n’ont pas la même volonté, ne travaillent pas à la même vitesse, n’ont pas le même niveau, ne sont pas aidés de la même façon par leur famille, n’ont pas le même développement intellectuel au même âge et ne sont pas dans la même situation face au handicap. Il nous est dès lors important de répondre aux besoins spécifiques de chacun, que le travail se fasse en groupe, en individuel, sur le terrain ou en classe. Les supports des Intelligences multiples sont variés afin de développer chez chaque apprenant son attention, sa mémorisation, sa compréhension et son imagination.

  1. Enrichir l’interaction sociale :

    Au-delà du bénéfice des interactions avec les pairs et l’équipe pédagogique, notre objectif numéro 1 vise l’inclusion sociale par le biais de projets continus avec des personnes du quartier, et au-delà pour les événements plus ponctuels.

  1. Développer le désir d’apprendre et la volonté de réussir

    Il s’agit tout d’abord de mettre en place la réconciliation envers les apprentissages, de re-trouver le plaisir d’apprendre, de comprendre le lien entre une situation sur le terrain et son contenu théorique. C’est aussi, lier les projets aux acquisitions scolaires, pour permettre à l’apprenant d’effectuer lui-même les démarches de recherches et de gestion. Dans cette dynamique, l’enseignant est un médiateur : il guide, il aide et il facilite les apprentissages.

  2. Développer l’autonomie

    Le cadre de La Pédagogie des Enfants de la Chance est souple et sécurisant. L’apprenant bénéficie d’un champ de liberté où il a le droit de choisir, de décider, d’innover et de prendre des responsabilités. Le but étant de développer le plus largement possible son autonomie, mais également la confiance en soi, son côté créatif et imaginatif pour faciliter les apprentissages.

  3. La réussite de tous :

    Comme le préconise la loi d’orientation de 1989[2]. Le cœur même de La Pédagogie des Enfants de la Chance est d’amener tout au long de son parcours, d’abord l’enfant, devenu adolescent et ensuite jeune adulte à se forger des moyens émotionnels et cognitifs les plus adaptés pour se construire et construire sa connaissance, jusqu’à une formation dans le secteur qui le passionne et qu’il lui permette de trouver son projet de vie au sein la société.

 

 

Objectifs secondaires

Les objectifs secondaires sont d’inscrire le concept de La Pédagogie des Enfants de la Chance dans la loi d’orientation et de programme de l’avenir de l’école du 23 avril 2005 et dans le Code de l’Education : respect du principe d’égalité des chances.

Loi comprenant l’article 96.14 qui prévoit pour l’élève en situation de handicap ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage, l’établissement d’un plan d’intervention adapté à ses besoins et à ses capacités, en collaboration avec le personnel concerné, les parents et l’élève lui-même.

 

 

[1] Daniel Goleman, Psychologue américain – Diplômé de Harvard en psychologie clinique et développement personnel – Co-fondateur du « collectif pour l’apprentissage d’une Intelligence Emotionnelle » au Centre d’études pour l’enfant à l’Université de Yale, avec comme mission d’aider les écoles à introduire des activités développant l’Intelligence Emotionnelle chez l’enfant.

[2] « Pour assurer l’égalité et la réussite scolaire des apprenants, l’‘enseignement est adapté à leur diversité »